Rechercher un appartement à Toronto

Recherche appartement Toronto

Coralie : « Bonjour, je recherche une chambre pour un couple dans une grande coloc en centre ville avec $1800 de budget par mois »
Le King de l’immobilier Torontois, me mettant une petite tapette sur le coin de l’oreille : « Hahahahaha t’es mignonne petite, SUIVANT ! »

*

Toronto c’est la JUNGLE. La jungle. La fucking jungle cette ville ! Non mais oh oh WOOOH.

Avant d’arriver à Toronto, il faut savoir que c’est la ville où si tu veux un toit sur ta tête pour un prix raisonnable soit tu changes de ville soit tu rentres chez tes parents. Non mais vraiment, chercher un appart ici c’est participer à La Carte aux Trésors ! Il faut résoudre des énigmes pour qu’on réponde à tes emails et il faut prendre l’hélico pour aller dégoter des annonces ! C’est une véritable épreuve !

Et le prix des loyers on en parle ?

En dessous de $1800 de budget (env. 1220€) il n’y a tout simplement rien pour les couples. En France, que l’on vive à deux dans un 30m² ou bien seul, ça ne change rien au prix du loyer. À Paris, tu paieras 1100€ tes 30m² en centre que tu sois seul ou bien en couple, et ce seront tes charges qui varieront. À Toronto, pour le même bien, le prix du loyer augmente quand tu es en couple.
Même les proprios qui louent une chambre au sous-sol d’une cave en profitent pour augmenter le prix parce qu’on est deux !
Pendant mes recherches d’appartement, je suis tombée sur une annonce postée par un couple qui souhaitait louer deux chambres dans leur maison. La première était à $1200 par mois. La seconde, plus petite, à $800. Après avoir manifesté mon intérêt pour la plus grande chambre, les proprios m’ont répondu que c’était tout à fait possible mais que comme on était un couple, il nous fallait louer les deux chambres (mais oui, logique, pardon, je suis bête), et ajouter à cela $100 de charges par tête.
Et à chaque fois que le proprio d’une chambre où d’un appartement nous répondait, c’était toujours pour nous dire la même chose : ce bien peut convenir à un couple mais il n’est que pour une seule personne et si vous êtes deux vous devez payer le double, boire du couscous et danser la Salsa avec Joël Robuchon (qui aura la réf ?)

La galère est réelle pour les couples, mais elle l’est aussi pour les gens en solo ! Nous avons rencontré une française arrivée à Toronto il y a 3 semaines : elle travaille, elle a un budget dans les clous et a un Credit History (preuve de solvabilité), elle est même prête à s’éloigner du centre… mais elle bataille réellement à trouver un logement et envisage maintenant de rentrer en France à la fin du mois.

Le plus important quand on recherche un logement à Toronto, c’est de s’armer de patience et d’avoir du temps.

Toronto est, depuis 2016, en pénurie de logements : le taux d’inoccupation global étant descendu à 1,3 % (selon la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL), il y a pénurie de logements lorsque ce taux se trouve sous les 3 %).

De plus, l’immobilier en Ontario connait depuis quelques mois une flambée des prix incontrôlable (et incontrôlée) où de futurs propriétaires sont prêts à acheter une maison 50 à 70% plus chère que ce qu’elle a été annoncée ! Toronto vit une véritable guerre des prix ou la surenchère est devenue une arme massive.

En ce qui concerne les locations, les loyers ne sont pas régulés et les propriétaires en profitent pour augmenter les prix à leur guise, quand bon leur semble (la loi stipule bien qu’un loyer ne peut augmenter que de 1,5% par an mais il n’y a pas de contrôle).
Fin 2016, un Condo (= appartement) avec une chambre coûtait en moyenne $1776 par mois (1200€), soit 7,4% plus cher qu’en 2015. Aujourd’hui, fin 2017, on ne trouve presque plus de condo à ce prix là.

De plus, les baux ont généralement une durée d’un an, ce qui est super ennuyant pour ceux, comme nous, qui veulent seulement passer quelques mois à Toronto avant de partir explorer le reste du pays. Il serait donc impossible de déménager avant la fin du bail, et si nous le faisions, nous devrions quand même continuer à payer le loyer (sauf si le propriétaire accepte de sous-louer notre bien).

Il ne faut pas non plus désespérer, vivre à Toronto, c’est possible ! Il faut juste accepter d’y mettre le prix et être très réactif aux annonces.

Les conseils du chef :
– Regarder tous les sites (kijiji, viewit, craigslistà ma grande déception rien à voir avec Craig David) jusqu’à 8 fois par heure s’il le faut afin d’être le premier à répondre, car les rendez-vous pour les visites peuvent être pris dans les 5 premières minutes et le logement ne sera plus dispo à la fin de la journée !
– Tenter de se promener en ville pour trouver des panneaux d’annonces immobilières (malheureusement souvent pourvues et peu à jour…)
– Utiliser son réseau (groupes Facebook, connaissances sur place) et ne pas hésiter à en parler autour de soi à chaque nouvelle rencontre

Quant à nous… après avoir passé 4 jours à essuyer les refus, nous avons vraiment envisagé de quitter la ville et de remonter vers Montréal – les prix à Toronto étant 72% plus élevés que là bas…

…Mais, en fin de compte, nous avons fini par trouver notre appartement à Toronto en un temps record ! Ça nous aura pris une semaine et beaucoup BEAUCOUP de dévouement de la part de mon René ❤ qui a été vif comme un écureuil (loin de moi la comparaison avec les noisettes et « tout ça ») et nous a trouvé une petite perle : tout l’étage principal d’une maison en plein Kensington Market (on adore !!!), un quartier multiculturel super dynamique avec plein de cafés, restos et petits commerces en plein cœur de Toronto, le tout meublé, avec un bail à court terme (4 mois pour l’instant), et le tout dans notre budget de $1800 ! Chanceux jusqu’au bout ces deux là !

Si vous souhaitez un peu plus de lecture sur l’immobilier à Toronto pendant qu’on emménage, je vous mets une suite d’articles en français ci-dessous 🙂

Projet de loi pour contrôler les loyers de Toronto
Les prix de l’immobilier en hausse en Ontario
Les loyers inabordables forcent les jeunes à quitter Toronto
Les pratiques illégales des propriétaires à Toronto

 Bonne lecture !

Publié par

Salut, moi c'est Coralie ! Sudiste locavore, bricoleuse vadrouilleuse, je suis en ce moment en PVT au Canada et je vous raconte mes aventures en râlant :)

4 commentaires sur « Rechercher un appartement à Toronto »

  1. Chapeau à vous pour le logement. Nous avons rencontrer les memes difficultés sur Canmore/Banff avec des loyers exorbitants pour des trucs sans fenêtres, au sous sol etc. Et plus de demandes que d’offres 😉

    J'aime

      1. On a trouvé comme toi en cherchant sur les groupes FB, Kijiji etc puis on a quelque chose de pas trop mal même si l’on y vivra pas éternellement.
        Oui on a fait 1 mois complet de voyage sur le Québec puis traverser à l’ouest. On a pas visiter l’Ontario, le manitoba etc.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s