Infinity Mirrors de Yayoi Kusama, infinie frustration

Yayoi Kusama Infinity Mirrors (15)

J’ai entendu parler de l’artiste Yayoi Kusama pour la première fois au travail, par mes clients, en début d’année. J’avais reçu quelques demandes pour obtenir des billets pour son exposition Infinity Mirrors à l’AGO de Toronto, sans m’y intéresser plus que ça. Ma voisine m’en avait aussi parlé, elle est abonnée au musée et avait réussi à avoir son billet. Puis, les demandes des clients ont continué à exploser et ce qui me surprenait le plus c’était que des abonnés de l’AGO eux-mêmes n’avaient pas pu obtenir des places pendant les pré-ventes réservées aux membres. J’étais intriguée. Quelle exposition peut susciter autant d’engouement ?

Une petite recherche «infinity mirrors» sur Google plus tard… ah oui, quand même, ça à l’air complètement fou. Je vois des miroirs qui se reflètent les uns dans les autres et s’éternisent à l’infini, des lumières qui scintillent, des couleurs qui éclatent. Des formes qui se répètent, des pois, des courbes, des sculptures rondes. Et je m’intéresse aussi un peu à l’artiste : Yayoi Kusama a presque 90 ans, elle est japonaise et n’a apparemment pas eu une enfance à la Notre Belle Famille. Elle vit dans un hôpital psychiatrique à Tokyo. C’est vraiment intéressant, une dame âgée dérangée qui créé des œuvres aussi modernes et colorées. C’est vrai que ça vaut peut-être le coup d’aller voir l’expo. En plus il parait que Toronto est la seule ville au Canada où elle va exposer

Yayoi Kusama Infinity Mirrors (5)

Le matin de la première vente publique, je dois prendre des tickets pour mes clients et je me dis que je m’en prendrai bien pour moi aussi. La vente ouvre à 10h, je suis sur le site depuis 8h, et j’envoie également mon Michou en mission au cas où je n’arrive pas à avoir de billets pour nous. À 10h, je rafraîchis la page et je me retrouve 9752ème dans la file d’attente ! Au même moment, mon Michou me dit qu’il a pris 2 places pour mon anniversaire ! Je comprends pas, j’étais là avant toi, comment c’est possible… Bref, j’ai eu mes places, mes clients non. Certains de mes collègues ont essayé plus tard et était 53000ème dans la file d’attente…

C’était la folie autour de l’expo. Des centaines d’articles l’annonçaient comme «l’exposition la plus Instagrammable de tous les temps». Les billets se revendaient 4 fois leur prix. Quand je voyais le volume de la demande pour cette exposition dont j’avais eu les tickets, j’avais l’impression d’avoir trop de chance et j’étais super excitée à l’idée d’y assister.

Yayoi Kusama Infinity Mirrors (4)

Et puis le jour est venu. Et quelle déception. J’ai été plus déçue que quand je vais au restaurant et qu’il n’y a plus ce que je veux au menu, alors que j’étais venue spécialement pour ça (vous voyez de quoi je parle, non ?)

On nous a distribué une petite brochure à l’entrée qui stipulait qu’il y avait six salles de miroirs à visiter, et que nous allions devoir faire environ 30 minutes de queue devant chaque salle (j’ai oublié de préciser qu’au moment de l’achat des billets on doit déjà choisir un créneau horaire). Puis il y avait aussi marqué que chaque personne n’avait le droit de ne rentrer qu’une seule fois dans chaque salle et recevrait entre 20 et 30 secondes d’observation par salle. Je me sens roulée. Comment ça 20 secondes ? S’il y a bien quelque chose que je déteste, c’est qu’on me presse. Mais alors si en plus on me fait poireauter 30 minutes pour me donner 20 secondes là j’ai l’impression qu’on me prend pour un gros navet (je commence à fumer de rage). Mais ouf, soulagement, on nous dit qu’on pourra prendre des selfies devant des panneaux Diet Coke pendant nos attentes (là je suis bouillante d’ironie et à deux doigts d’emplatrer le moindre connard qui vient me dire que c’est génial).

Infinity Mirrors

Et pourtant c’est bien ce qu’il s’est passé.

J’ai passé les pièces les unes après les autres, faisant environ 30 minutes de queue devant chacune d’elle pour avoir la possibilité de les apercevoir 20 secondes. J’ai donc attendu 3h pour avoir 120 secondes d’expo. (Et quand je me relis j’ai juste l’air d’un gros con de pigeon et je m’excuse en passant pour les gros mots mais j’ai besoin de ponctuation.)

Et en 20 secondes, on fait quoi ? On a à peine le temps d’avoir les deux pieds dans la pièce et de remarquer brièvement ce qu’il y a autour.

Yayoi Kusama veut apparemment faire réfléchir sur l’effacement de soi à travers ses œuvres, sur le fait que nous soyons minuscules dans cet univers que nous partageons avec des milliards d’autres petits êtres minuscules, et veut susciter en nous une réflexion sur l’infini et ce qu’il représente pour nous. Mais en 20 secondes, rien ne se passe. Aucune réflexion ne se fait. Alors je suis peut-être pas bien réactive mais chez moi en 20 secondes les connexions ne se font pas. Je n’ai pas le temps d’analyser ce qui m’entoure, de le comprendre, où tout simplement de l’apprécier. J’ai encore moins le temps de faire une introspection et de penser à ma place dans l’univers.

Yayoi Kusama Infinity Mirrors (13)

20 secondes ne sont tout simplement pas suffisantes pour faire l’expérience de l’art. 20 secondes ne sont pas suffisante pour s’en souvenir non plus. Je me sens extrêmement frustrée. Et je suis également remontée contre tout le marketing et la communication qui ont entouré cet énorme coup : on a sûrement jamais vu autant de jeunes faire la queue dans un musée mais pour quoi, au final ? Ils étaient tous habillés comme pour le festival de Cannes. Quel est le but de tout ça ? Prendre des selfies et les partager sur Instagram ? Je suis remontée contre le public qui encourage ce type de pratique superficielle : oui vous y étiez, mais qu’avez-vous vécu ? Qu’avez-vous ressenti ? Qu’avez-vous retenu ? Qu’est-ce que cette œuvre va changer pour vous ?

Et pourtant, les œuvres sont vraiment différentes, l’artiste a une vie trépidante… l’expo pourrait être si intéressante, mais je n’ai pas ressenti quoi que ce soit à part une immense frustration. Je ne me suis pas imprégnée de l’art de Yayoi Kusama. Je me souviendrai probablement du concept des miroirs mais pas de sa forme où de sa conception. «Infinity Mirrors» restera pour moi une vague expérience frustrante.

Une infinie frustration devant les miroirs de l’infini.

Yayoi Kusama Infinity Mirrors (10)

Yayoi Kusama Infinity Mirrors (2)

Yayoi Kusama Infinity Mirrors (11)

Yayoi Kusama Infinity Mirrors (16)

Publié par

Salut, moi c'est Coralie ! Sudiste locavore, bricoleuse vadrouilleuse, je suis en ce moment en PVT au Canada et je vous raconte mes aventures (et je râle un peu parfois) :)

9 commentaires sur « Infinity Mirrors de Yayoi Kusama, infinie frustration »

  1. Excellent ton article, je la connaissais depuis des années et j’avais déjà faite l’expérience à Copenhague. Toppppppp et si jamais, Il y a également un film documentaire sur sa vie à l’AGO, époustouflant et triste à la fois

    J'aime

    1. Non les billets étaient à $30, ce qui n’est pas exagéré quand tu sais qu’il y a aussi le reste du musée à visiter (pendant les horaires d’ouverture). Les oeuvres pourraient vraiment etre fascinantes mais malheureusement on a pas le temps de les apprécier…

      Aimé par 1 personne

    1. $30 ! En ayant la possibilité de visiter le reste du musée aussi. Le prix n’était vraiment pas aberrant… Mais voilà quand je vais à une expo j’aime avoir le temps de regarder ce que je suis venue voir !

      J'aime

  2. Okaaay mais merci de balancer la RÉALITÉ DE L’EXPO, ce que personne n’ose dire. Sérieux je lis juste des trucs positif, j’hallucine tellement.
    Je suis donc le cul entre 2 chaises. Une partie de moi me dit d’essayer encore et encore de choper des places lors de la prochaine (& dernière) session parce que quand même… YAYOI KUSAMA quoi & puis l’autre partie de moi me dit « allez, osef, ton rêve c’est d’aller au Japon, t’iras directement au Yayoi Kusama museum… »

    J'aime

    1. C’est clair que je vois que des revues positives aussi. Les gens parlent à peine de la limite de temps. Un copain a eu une expérience tout à fait différente, il y est allé à l’ouverture en semaine et a même pu acheter les tickets à l’entrée (apparemment le musée en vend une petite poignée le jour même), il n’a attendu qu’une minute entre chaque salle et a même pu rentrer plusieurs fois dans certaines… (ça me frustre encore plus, du coup !). Donc à toi de voir, peut-être que tu prends le risque d’être déçue, peut-être que l’expérience sera cool… dans tous les cas le Yayoi Kusama Museum de Tokyo sera une expérience ultra cool 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s